L’Italie compterait entre 75 000 et 125 000 prostituées, pour un revenu mensuel de 90 millions d’euros. Les informations suivantes vous permettront de vous informer sur la prostitution en Italie.

Le cadre juridique de la prostitution en Italie

La prostitution, ou l’offre de services sexuels contre rémunération, n’est pas illégale en Italie. Comme c’est le cas dans la majorité des pays occidentaux, le pays suit le modèle dit abolitionniste : la prostitution n’est pas interdite, mais tous les comportements associés tels que l’assistance, l’incitation, le recrutement, l’exploitation, le fonctionnement de la maison fermée et la prostitution enfantine sont pénalisés. dans le but de diminuer la prostitution sans l’interdire ouvertement. En outre, la réglementation de la prostitution est illégale.

L’Italie compterait entre 75 000 et 120 000 prostituées, 65 % d’entre elles travaillant dans la rue. 37% d’entre elles sont mineures, mais il est impossible de le mesurer précisément car les femmes indiquent parfois un âge plus jeune que celui qu’elles ont réellement. La clientèle est estimée à neuf millions de personnes.

La prostitution est interdite en Italie par une loi de 1958 adoptée par le Parlement italien, connue sous le nom de loi n° 75, du nom de son auteur, la sénatrice socialiste Lina Merlin. C’est cette loi qui a autorisé la fermeture des « maisons closes », ou bordels, afin de freiner l’exploitation des prostituées.
L’Italie est actuellement engagée dans un débat sur le rétablissement de la législation sur la prostitution. De nombreuses lois visent à légaliser la prostitution, à permettre aux prostituées de s’inscrire auprès de l’INPS, de payer des taxes et des contributions et, d’une manière générale, à rendre plus sûre cette « profession », qui comporte parfois des dangers et des risques. De nombreux maires ont préconisé la création de zones de « tolérance » où la prostitution est autorisée dans certaines limites.

En Italie, comme dans toute l’Europe, la prostitution est inextricablement liée à la traite des êtres humains. Dans la majorité des situations, il ne s’agit pas d’une décision libre, mais d’une véritable exploitation. Plus de la moitié des prostituées italiennes sont en réalité des étrangers et des esclaves sexuels qui ont été amenés dans le pays contre leur gré et « employés » dans l’industrie du sexe par la ruse, souvent avec la promesse d’un emploi ou d’une relation amoureuse.

Les chiffres de la prostitution en Italie

C’est le revenu généré par la prostitution en Italie. L’Istat a effectué une analyse des données de l’économie dite non observée, de l’économie souterraine et des opérations illicites.

Celles-ci sont classées comme suit : fabrication et trafic de drogues, prostitution et contrebande de tabac. En 2014, l’année la plus récente pour laquelle l’agence statistique dispose de données, l’économie non observée représentait 211 milliards d’euros, soit 13 % du PIB. L’économie souterraine a contribué à elle seule à 194,4 milliards d’euros de valeur ajoutée, tandis que les opérations illicites ont généré environ 17 milliards d’euros, soit 1 % du PIB.

En 2014, l’économie non observée représentait 14,5 % de la valeur ajoutée totale ; les activités criminelles (trafic de drogues, services de prostitution et contrebande de tabac) représentaient 1,2 %. La même année, les opérations illicites intégrées dans le système comptable national ont contribué à hauteur de 15,6 milliards d’euros en valeur, soit 0,4 milliard de plus que l’année précédente. La prostitution (+0,2 milliard de valeur ajoutée par rapport à 2013) et le trafic de stupéfiants (+0,1 milliard) expliquent la majorité de l’augmentation de la valeur apportée.

Les services de prostitution créent 3,7 milliards d’euros de valeur ajoutée (un peu moins de 25% de l’ensemble des activités illicites) et 4,1 milliards d’euros de consommation.

Eurostat recommande, lors de l’estimation de la valeur économique de la prostitution, d’inclure plusieurs formes de prostitution, telles que la prostitution de rue, la prostitution en appartement, les centres de massage et les boîtes de nuit.

Il y a dix ans, une enquête du centre d’études Codacons prévoyait que la prostitution en Italie générait environ 2,86 milliards d’euros de revenus. En 2007, le marché comptait environ 70 000 prostituées et 2,5 millions de clients. Sept ans plus tard, en 2014, l’année la plus récente pour laquelle des statistiques sont disponibles, les recettes annuelles prévues sont de 3,6 milliards d’euros, avec environ 90 000 prostituées et une clientèle comprise entre 3 et 9 millions d’habitants.

Ainsi, entre 2007 et 2014, le chiffre d’affaires de la prostitution a grimpé de 25,8 %. Le nombre de travailleurs du sexe, ou employés de l’industrie du sexe, a grimpé de 28,5 % (20 000 personnes de plus), tandis que le nombre de clients a augmenté de 20 % (500 000 personnes supplémentaires).

Selon le Codacons, le nombre de prostituées opérant dans la rue a considérablement diminué ces dernières années, mais représente encore au moins 60% du total. Les 40 % restants travaillent à domicile ou dans un établissement fermé.

Les origines des prostituées en Italie

55% des prostituées en Italie sont des femmes étrangères, principalement originaires des pays d’Europe de l’Est (Roumanie, Albanie, Bulgarie et Ukraine) et d’Afrique (Nigeria en tête). En outre, on constate une augmentation significative du nombre de prostituées chinoises qui opèrent principalement à l’intérieur (maisons, centres de massage, etc.). Le Nigeria représente 36 % des victimes étrangères de la traite des êtres humains, la Roumanie 22 % et l’Albanie 10,5 %.

Les clients des prostituées en Italie

Si le type de client qui a recours aux prostituées varie entre la prostitution de rue et la prostitution en ligne, la clientèle est assez diverse et diversifiée en termes de statut économique, de milieu social et de situation familiale.

Le client type de la prostitution de rue a entre 35 et 50 ans, a un niveau d’éducation faible ou très faible, est marié ou a une relation régulière, et a un ou plusieurs enfants. Dans la seconde situation, l’âge moyen tombe à 25/35 ans, l’individu est célibataire, sans enfant, et a un niveau d’éducation moyen/élevé.

Les tarifs des prostituées en Italie

En moyenne, les clients réguliers paient 100 euros par mois pour les prestations. Les tarifs des prestations varient sensiblement en fonction du service : une escorte peut coûter jusqu’à 500 euros pour quelques heures et comprend la fonction d’escorte. Vous pouvez gagner jusqu’à 6 000 euros ou plus pour un week-end ou une semaine avec une prostituée « de luxe ».

Pour une liaison dans la rue, les honoraires peuvent descendre jusqu’à 30 euros, notamment avec les prostituées internationales. « Celles des rues colorées prennent souvent vingt ou vingt-cinq dollars, alors que les Roumaines prennent vingt à cinquante dollars, selon la situation. À la maison, cela va souvent de 100 à 300-500, bien que certains, y compris les Italiens, reçoivent aussi peu que 50 « Sur un forum pour hommes, un acheteur fréquent se présente sous le pseudonyme de Jonny Red.

La prostitution en ligne en Italie

Ces dernières années, la prostitution en ligne a explosé en popularité. Le secteur de la prostitution utilise Internet pour promouvoir son offre et populariser le phénomène des cam girls, qui sont payées pour exhiber leur corps sans avoir de contact direct avec le client.

Environ 18 000 personnes sont actuellement impliquées dans la prostitution en ligne, mais si l’on inclut celles qui utilisent le web pour gagner de l’argent à temps partiel, les chiffres pourraient augmenter. Il existe de nombreux sites de petites annonces sur lesquels vous pouvez trouver une prostituée et fixer un rendez-vous.

The International Post